Edito

Délégué générale

Fatma Cherif

Gabès Cinéma Fen est une nouvelle aventure qui nous regroupe autour du cinéma et des arts. Ce nouveau-né de la région du sud tunisien est l’oeuvre d’une équipe qui croit que le cinéma est la porte d’entrée vers le rêve et qui nous permet de réfléchir notre réalité et surtout d’y faire face.

Stephane Hessel «Nous ne sommes jamais réduits à ce qui est, nous pouvons toujours penser à ce qui pourrait être, imaginer, créer quelque chose, des symboles, des rythmes, qui sont la composante essentielle des arts et de la culture».

Le cinéma et le rêve se nourrissent de réalité. Ils forment à eux deux le prisme par lequel nous pouvons observer le monde. Cet aller-retour constant entre le cinéma et le monde réel est primordial. Et il est régit par un élément essentiel: le temps. C’est à partir de cette réflexion, au vu de ce qui se déroule dans le monde, au vu des révoltes et révolutions arabes qui sont passées et qui continuent de se passer que nous arrivons à déchiffrer notre quotidien, à lire notre présent et à vivre notre actualité  et de comprendre notre réalité dans son ancrage le plus profond. Et c’est à partir de cette idée d’ancrage que nous avons choisi le cinéma arabe comme centre de notre festival. Ce cinéma empreint de sensibilités, d’images et d’une identité qui nous représentent, et qui nous l’espérons, saura ouvrir regards et esprits et s’étendre vers d’autres contrées qui nous rassemblent et à qui nous voulons ressembler. Nos rêves, nos cinémas et nos réalités respectives sont aussi notre clé d’ouverture sur l’autre car nous avons foi en l’échange avec l’autre et avec nous-mêmes.

Nous rêvons que Gabès Cinéma Fen puisse nous faire découvrir d’autres arts à travers le cinéma. Car nous ne voulons pas nous arrêter aux frontières du 7ème art. La manifestation cinématographique se dotera donc de manifestations artistiques diverses, arabes et méditerranéennes. Le dialogue entre les arts de l’image, de la photographie, des arts vidéos s’étendront à toute la ville et ses composantes. Nous voulons investir les cœurs et les esprits, mais aussi les murs, les lieux communs et les lieux de vies.

Nous voulons faire, voir et faire-voir. Gabès Cinéma Fen se veut la fête de l’image, le miroir de notre environnement ainsi que celui du monde plus largement. Et pour voir le monde, nous avons besoin de nous voir-nous mêmes. Et pour faire confiance à l’avenir nous avons besoin d’avoir confiance en nous-mêmes. Nous ne voulons plus de cette question identitaire qui nous enferme, nous voulons l’ouverture. Et pour que cette dernière puisse se faire, il nous faut être sûrs de ce que nous sommes.

Alors, ce chemin, nous ne voulons pas le faire seuls. Nous voulons partager avec tous ceux qui veulent bien faire partie de l’aventure. L’invitation est claire : T3ala Chouf ! Venez voir avec nous.

Directeur artistique

Sami Tlili

Quelle place occupent les cinémas arabes dans le paysage cinématographique international ?
Cette question est souvent posée à chaque fois que la question de l’absence des films arabes des grands festivals internationaux est évoquée. Bien entendu avec son lot d’auto-dénigrement voir d’auto-flagellation.
Si nous regardions de près le paysage cinématographique international de ces dernières années nous remarquerions la présence des films arabes dans la programmation des grandes manifestations cinématographiques et l’obtention de prix prestigieux et l’émergence d’une nouvelle génération de réalisatrices et de réalisateurs.
Néanmoins, la même question reste d’actualité à notre avis : Quelle place occupe les cinémas arabes dans le paysage cinématographique international ?
Car à notre avis, cette problématique dépasse la question de présence ou pas des films arabes des grands festivals ,qui comme nous le savons tous est une question compliquée et ambiguë et ce n’est ni le moment ni l’espace opportun pour évoquer une question aussi épineuse.
Les cinémas arabes connaissent une grande dynamique ces dernières années chose qu’on ne peut réduire uniquement aux bouleversements politiques que vivent la région.
En effet, nous assistons depuis un moment à l’émergence de nouvelles visions et écritures cinématographiques dont certaines tirent leurs références d’autres domaines artistiques avec un propos qui sort de l’ordinaire et il est important pour nous non seulement de suivre cette dynamique mais surtout d’accompagner ces projets.
Il est vrai que la majorité des films sélectionnés dans les 3 sections de la compétition de notre festival sont des premiers et des deuxièmes films oeuvres de jeunes réalisatrices et réalisateurs. Mais il est important de noter qu’il n’est pas question pour nous d’exclure qui que ce soit car nous considérons que ce n’est ni une question d’âge ni une question d’expérience mais plutôt une question de visions. Et nous pouvons dire que ce sont ces films qui se sont imposés à nous et non l’inverse.

En tant que Festival tunisien , il est important pour nous de se placer en tant que tribune pour les films tunisiens et de servir de trait-d’union entre les films et le public, d’où la décision de consacrer une section pour les meilleurs films tunisiens de 2018 et qui seront projetés en présence des équipes des films.
Le Festival rendra aussi hommage à une figure du cinéma tunisien, le directeur de photo feu Youssef ben Youssef qui a contribué aux meilleurs films tunisiens des années 80 et 90.
3 des films de sa large filmographie seront projetés, l’hommage aura lieu en présence de sa famille et de ses amis.

Le Festival est aussi une occasion pour le public de découvrir des films venus d’autres horizons. Fenêtre sur les cinémas du monde est une section phare de notre festival où seront projetés des films venus d’Europe, d’Asie et d’Amérique latine dont certains sont inédits et seront projetés en Tunisie pour la première fois.

Les enfants composante majeure de notre public auront droit à leur propre section où 4 longs métrages de fiction et d’animation seront projetés suivis de débats qui seront assurés par la Fédération Tunisienne des ciné-clubs.
La Fédération Tunisienne des ciné-clubs partenaire du festival se chargera aussi de la présentation et des débats des films en compétition.

Nous serons aussi ravis de présenter à notre public , 4 films de la riche filmographie du réalisateur algérien Malek Ben Smail dans le cadre de la rétrospective que nous consacrons à son oeuvre.
Dans ses films, Malek ben Smail propose un renouvellement permanent du langage cinématographique dans le film documentaire, des films marqués par une construction dramatique maîtrisée et un angle d’approche original pour aborder les sujets importants et brûlants.

Les projections des films et les expositions auront lieu dans les salles mais aussi sur les places publiques et au bord de la plage de la ville, et nous espérons que le public occupera en masses les différents lieux du festival, élément indispensable au développement du festival.

X